Tour du Mont-Blanc, en autonomie complète du 21 au 27 juin 2013

Départ de la maison vendredi 19h, direction Paris en train. La gare d’Austerlitz est toujours amusante à voir avec ses voyageurs baroudeurs, chargés de sac, casques et autres accessoires pour des vacances sportives en tout genre. Train de nuit en siège incliné pour moi.

 

Samedi 10h départ officiel de mon tour du Mont Blanc devant l’office du Tourisme des Houches. On commence par une grimpette vers le col de Voza (980m à 1653m). A 14h je suis à l’office du tourisme des Contamines Montjoie, j’y poste la carte pour l’anniversaire d’Antoine la semaine prochaine (2 ans ca de fête !) un coup d’œil sur la météo qui s’annonce ok pour samedi et dimanche et ensuite mitigé. Il faut donc en profiter un max dès à présent. Sur le GR dès 1900m on a déjà dela neige. Lecol de la croix du Bonhomme est tout blanc sous le soleil c’est magnifique. Il est environ 17h quand j’y passe, je décide donc de descendre à Chapieux à 19h, j’y suis et installe ma tente dans une belle zone aménagée. Petite douche dans la rivière, bien fraiche ! Mon voisin anglais m’offre une bière (1664 à 5.5°) que je descends en son honneur (ce n’est pas trop mon truc l’alcool et encore moins en pleine rando sportive mais bon, je ne vais pas vexer un anglais…) Au menu du soir Tartiflette lyophilisée, on oubli le gout de la vraie tartiflette, cela n’a strictement rien à voir !

 

Dimanche direction le col de la Seigne qui marque la frontière France/Italie (1549m à 2516m). J’ingurgite tout ce dénivelé à la fraiche le matin, c’est parfait. Pour le moment le mont blanc est toujours dans sa couette nuageuse. Le midi je mange à Courmayeur sous un soleil de plomb. J’en profite pour mettre un peu de crème solaire et regarder les prévisions météo toujours inchangées. L’après-midi est agréable, je suis vers 17h au refuge Bonati. Juste ensuite je surprends 4 chamois autour d’une ruine. Je pousse encore un peu sur les bâtons et début la montée vers le Grand col Ferret. Il est bientôt 19h, la fraicheur se fait sentir, d’autant plus qu’à proximité du refuge Elena le GR fréquente des vallées avec vue sur de grands glaciers (Glacier de Gruetta et Triolet), le chemin est enneigé à 100%. J’arrive au refuge Elena qui est fermé (ouverture le 1er juillet) le vent est bien présent. Je fais le tour du chalet pour trouver la place de campement idéale. J’installe vite fait le matos et me glisse dans mon sac de couchage. 30 minutes après il neige par petite vague avec un vent fort. La nuit est super froide mais dans mon sac de couchage ras (il tient jusque-9°C).

Le lendemain matin, la neige est posée sur ma tente, j’optimise mes gestes dans le rangement et le changement d’habit pour conserver au max de la chaleur… N’ayant pas de pantalon mais un short uniquement, j’enfile ma cap de pluie qui coupera un peu le vent et l’humidité sur le haut de mes genoux. Je débute donc par la montée au grand col Ferret. Toute la trace se fait en suivant les pas dansla neige. Ilest tombé2 cmde neige fraiche pendant la nuit et les nuages présents ne m’offre pas plus de 150m de vision. Passage du col (2537m)  je ne m’éternise pas pour cause de vent frais et redescends toujours en suivant les pas dansla neige. Lecol marquela frontière Italie/Suisse. Le cap est nord-ouest. Puis la trace devient illisible au sol, je continu donc au cap. A la boussole je suis Ok mais pas de trace de chemin. Je tombe sur une petite station météo (j’en profite pour dégivrer l’anémomètre). La visibilité est nulle au delà de 100m. Je décide de descendre la pente après être resté à flanc de montagne. Je suis dans des zones mi-neige, mi petite végétation. Une chute me fait faire un coup de toboggan sur 20m !! Avec le sac ce n’est pas très rassurant. Pas de casse, une légère coupure au pouce droit. Je retombe sur le chemin du GR et retrouve le chalet dela Peule. Finalementj’étais à deux doigts du chemin. La pluie s’intensifie et devient grosse ondée dans la vallée au passage du village dela Fouly. Onremonte cap au Nord en longeant la Drance de Ferret. Vers 12h je suis à Champex Lac, la pluie a disparue et le soleil pointe son nez. Je casse la croute près du lac et prends les dernières infos météo qui sont toujours identiques à savoir amélioration à partir de demain. Le coin est truffé de chemin VTT et les bikers sont en nombre dans les sentiers. Je décolle direction col dela Forclaz. Aucol je m’installe sur l’air de camping, douche et toilette en dur. A 19h je suis dans la tente pour le repas. Ca tombe bien une petite ondée nous accompagne pour la soirée.

Mardi matin, rangement de la tente bien humide et cap sur le col de Balme, frontière Suisse/France. Là je trouve plein de marmotte en chemin. Au dessus d’Argentière à proximité des spots d’escalade, je fais un bout de chemin avec un vieux bouquetin. On distingue bien le Mont Blanc à présent. Puis c’est la dernière grosse ascension avec le Brévent. La neige est omniprésente dès le col et au sommet également. Je suis plus emballé par le col que le sommet d’un point de vue paysage, faute à l’aménagement du sommet avec le téléphérique (datant de 1928-1930, c’est l’un des tout premiers téléphérique en activité). Au sommet on distingue bien la trace du GR qui redescend le long d’une crête avant de disparaître. J’entame donc la descente qui est à 100% dansla neige. Ensuiteon retrouve le caillou et au passage d’une petite brèche je gagne le refuge du Bel-Lachat (2152m). Je décide de bivouaqué là, la vue est grandiose, le vent faible, il est 19h et encore 2h30 de descente avant l’arrivée aux Houches. Le soleil pointe son nez en fin de soirée et le vent devient nul.

La nuit sera très fraiche à cette altitude et mercredi matin un givre blanc recouvre ma tente. Je range tout cela et entamela descente. Lavue est bien dégagée la journée sera belle. A 9h30 je suis aux Houches, passage à l’office du tourisme pour prendre note des possibilités d’hébergement. A 150m il y a un gite et de la place, ce sera parfait. Je m’y installe, petite douche, achat de produits frais (enfin !). Bain de soleil et une bonne nuit dans un vrai lit.

Jeudi matin, debout 6h pour reprendre le train et retour à la maison à 17h30.

Voilà fin du Tour du Mont-Blanc, 150km, 9450m de dénivelé positif en autonomie complète pendant 4 jours de marche. Un périple dépaysant et vivifiant, des panoramas qui resteront en mémoire. Les conditions climatiques variées ont pimentées et données un peu plus de saveur à cette randonnée sportive.

 

9 commentaires à “Tour du Mont-Blanc, en autonomie complète du 21 au 27 juin 2013”


  1. 0 malvy 14 déc 2014 à 19:48

    bonsoir, belle randonnée; je compte le faire sur une meme duree debut juin. avez vous eu des difficultes pour bivouacer
    merci

  2. 1 vinceduj 14 déc 2014 à 21:14

    Pas de problème pour le bivouac sauf 1 soir avec une meteo capricieuse qui ma obligé a dormir pres d’un refuge pas encore ouvert. En suisse 1 nuit sur une aire en herbe gérée par un hôtel. C’est bien parce que le bivouac en suisse est interdit sinon j’aurais trouvé un autre spot. Bonne rando! Je vs conseil le même hébergement que moi a l’arrivée. Simple et bon rapport Q/P.
    Sportivement
    Vincent

  3. 2 Morgan 18 déc 2016 à 23:25

    Bonjour, voila une belle randonnée bien faite. j’aurai svp une petite question sur le bivouac car après avoir fait le GR20 en autonomie complète seul en 15 jrs de rando en Juin 2015 je m’apercoit que les règles sur le bivouac sur le TMB sont complètement différentes qu’en Corse et pour l’instant j’éprouve un peu plus de difficultées à préparer pour les nuits sur le TMB. Je vais faire le TMB en juillet 2017 en autonomie complète (du moins c’est ce que je souhaiterai) avec ma femme en 7 ou 8 jours de Rando.

    Pour le Bivouac, ou est ce que vous installez la tente ? est ce qu’il y a beaucoup d’aires aménagées ? en italie ? Normalement en italie et Suisse le bivouac est interdit… qu’en est-il en réalité ?
    Est ce qu’on peut facilement le soir poser sa tente où bon nous semble ?

    Merci d’avance pour vos réponses.

  4. 3 vinceduj 19 déc 2016 à 9:05

    Morgan, belle idée le tour du mt blanc. Pour le bivouac je suis parti avec la liste des refuges de montagne dispo sur ma route. Pour la France et l’Italie le bivouac est possible en installant son camp a la tombé du soleil. Coté Suisse je n’ai pas vu de ctrl mais j’ai respecté la règle et ainsi fait halte dans une aire aménagée. Bonne rando!

  5. 4 frederic gindre 2 août 2019 à 22:09

    bonjour,

    concernant la nourriture est il possible de se ravitailler quelque part ou faut il tout emporter?

    merci à vous

  6. 5 vinceduj 3 août 2019 à 6:35

    Il est possible de s’alimenter dans les villes villages dans les vallées et également dans certains chalets en altitude accessibles par des circuits rando courts. Prévoir une ration de 24h sur vous par précaution. Bonne rando !

  7. 6 frederic gindre 10 août 2019 à 12:53

    merci Vince

    encore quelques elements à vous demander,

    je vais faire la rando en octobre vers le 17
    j’imagine que la saison est finie et les chalets fermés?

    je pensais qu’on ne pouvait pas la faire en moins de 7jrs?

    il y a plusieurs itinéraire?

    vous avez fait des bonnes journée de marche aussi j’imagine

    en tout cas c’est sympa de m’avoir repondu
    parce que les blogs des fois…merci
    encore!

  8. 7 Vince 10 août 2019 à 15:51

    17 octobre , attention à la météo et aux journées plus courtes. Pour les chalets je regarderai sur le net avant de me lancer. C’est plus prudent. Pour les itinéraires il y a peu de variantes de mémoire. Une au niveau de la frontière suisse le reste c’est une trace direct. Effectivement j’ai fait de grosse journée de 12h de marche. Prendre des bâtons cela aide énormément. Bonne randonnée !

  9. 8 frederic gindre 13 août 2019 à 18:44

    MERCI POUR CES CONSEIL VINCE!

    j en prends bonne note

    je vous redirai comment ça s’est passé

Laisser un commentaire


juin 2013
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Ma carte de visite en 2 mots:

Footeux converti à la course à pied en 2009. Marathon: meilleure perf: 2h44min23sec (Francfort 2017) semi-marathon: 1h16min (Lille 2011) 20km: 1h17min48sec (Maroilles 2011) GR20 complet en autonomie, 5 jours (juin 2011) GTMC à VTT en autonomie, 6 jours (juin 2011) Tour du mont blanc en autonomie totale, 4 jours (juin 2013) Grande traversée de l'Hérault à VTT en autonomie, 3 jours (juin 2013) 2014: 4250km VTT et 4200km route avec Paris-Roubaix cyclo, tour des Flandres cycle, la Philippe Gilbert, BRM 223km, Lille-Hardelot, Tour du Luxembourg VTT 4 jours. Big 5 Marathon (mai 2015) Two Ocean Marathon 56km 4h06 (mars 2016) Comrades Marathon 89km 7h12 (mai 2016) TDS 119km 7200D+ 18h56 (aout 2017)

Auteur:

vinceduj


oeilcatalantransferts |
GENETIQUE OBSTACLE |
Les Ecuries de la Ballière |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cycles de la Vie
| GVBeaugency
| FRED&CATHY BARAFFE Hist...